Haute couture traditionnelle… et poétique

imagelead-oeuvre-sept2013Rencontre avec Agathe Legayic, créatrice du costume végétal de Toakura, et Tiare Trompette, chef du groupe Hei Tahiti.

 

Expressions d’une histoire et pièces d’émotions, les costumes du Heiva n’en finissent pas de nous éblouir. Imagination, travail et passion nourrissent leur création, à la fois œuvre de haute couture et de poésie…

Pendant le Heiva 2013, nous avons pu admirer 13 modèles de costumes végétaux différents et autant de costumes traditionnels. En comptant les autres costumes nécessaires au spectacle (quatre par groupe), cela nous fait 52 modèles de costumes différents pour un Heiva, portés par environ 2 000 danseurs. Tout ceci pour seulement une heure de spectacle… Des chiffres qui font tourner la tête, et ce n’est rien à côté du travail que la fabrication de ces oeuvres éphémères nécessite ! Cueillir une espèce de fougère qui pousse dans une vallée bien précise, se procurer ce petit coquillage que l’on ne trouve que sur cet atoll des Tuamotu, ramasser une à une les milliers de graines de pitipitio, harmoniser l’ensemble pour tout le monde… Heureusement, les artistes engagés dans la course du Heiva sont des aventuriers de la culture, évoluant au cœur d’une nature généreuse et entourés d’artistes dont l’inspiration est sans limite.

Prix du meilleur Costume Traditionnel, remporté par  Hei Tahiti

Le Grand Costume Traditionnel de la troupe a été inspiré par leur thème, « Tau a reva », l’invocation, dont le personnage principal est la légendaire guerrière Tahiri Vahine. Chaque détail a été minutieusement pensé : la couleur rouge, réservée aux hommes, a été choisie pour animer des contradictions : courage/danger, ardeur/interdiction, sensualité/sexualité. Chaleureuse, énergique et pénétrante, elle  se marie au marron symbolisant la terre. La couleur jaune, arborée par les femmes, définit quant à elle le caractère joyeux et festif. Sur la taille ont été réalisées des spirales à base de purau, afin de matérialiser le mouvement du vent invoqué par Tahiri Vahine. La coiffe des femmes, spectaculaire, est ornée de petites enfilades de coquillages, appuyant l’effet …

Ce costume, porté dans la seconde partie du spectacle, illustre les scènes de la vie quotidienne, les réjouissances et les louanges à la déesse ‘Ura taetae.

Prix du meilleur Costume Végétal : Toakura

C’est Agathe Legayic qui a imaginé le costume végétal de Toakura. Il est composé de jeunes palmes de cocotier vertes pour la coiffe et la jupe, de tiges de ni’au blanches. Le haut des danseuses et la jupe sont recouverts de feuilles de auti, le tout est décoré de différentes espèces de fougères, de fleurs et de végétaux odorants : avaro, fara, miri, poroiti, etc. Une tenue très aérienne inspirée par le thème « Marama tumu », qui évoque dans cette partie du spectacle l’abondance de la terre et l’insouciance du peuple : « Rä, l’astre brillant, s’enorgueillit car c’est par lui que la renommée de Tahiti s’est répandue dans le monde et c’est par lui que les humains vivent une vie sans souci… », écrit Chantal Spitz. Dans cette profusion de beautés naturelles et de parfums enivrants, l’heure est aux plaisirs insolents et à la séduction.