FIFO 2019 : Tiare Trompette : « J’ai hâte d’être secouée ! »

Conseillère pédagogique, chorégraphe et chef du groupe Hei Tahiti, Tiare Trompette fait partie du jury du 16e Fifo. Rencontre.

 

Pourquoi avoir accepté d’être dans le jury du Fifo ? Comment percevez-vous votre rôle ?

Quel honneur d’avoir été choisi comme juré ! Je ne pouvais que profiter de cette occasion pour m’enrichir et rentrer dans cet univers du documentaire océanien si particulier avec ses spécificités géographiques, patrimoniales et culturelles. J’aurai à apporter ma vision artistique locale, ma sensibilité d’artiste scénique et mes expériences culturelles.

 

Qu’attendez-vous de cette édition ? Avez-vous eu des premiers échos de la sélection ?

J’ai hâte d’être secouée, d’être prise dans la tourmente, d’être éblouie, d’être émue et d’être inspirée. Je ne veux rien entendre de la sélection, rien que la bande annonce de l’événement en dit long !

 

Qu’est-ce qu’un bon documentaire, selon vous ?

Il n’y a pas de bon ni de mauvais documentaire  ; il s’agit de découvrir le message, la vision, voire l’histoire insérée dans un contexte où le monde est en continuelle mutation.

 

Y a-t-il un documentaire qui vous a touché récemment ?

Cela fait 13 ans que je participe au Fifo de près ou de loin et je reste stupéfaite face à tous ces documentaires. J’en apprends plus d’année en année.

 

Quel est le pouvoir du documentaire, selon vous ?

Le documentaire a le pouvoir d’évoquer en profondeur des thèmes intergénérationnels et de mettre en film ce que nous ne pouvons dire parfois. L’image parle plus qu’une simple discussion.

 

Avez-vous un souvenir particulier d’un précédent Fifo ?

L’après-Fifo, avec le voyage des films dans d’autres contrées, m’a toujours marquée, car cela montre que tout le monde peut y avoir accès… surtout les îles éloignées !

 

Qu’est-ce que le festival évoque pour vous ?

Le festival est aujourd’hui un événement qui permet de rencontrer, d’échanger, de se nourrir, de s’ouvrir à toutes les populations et de changer notre regard sur ce qui nous entoure.

 

Source photo : www.fifotahiti.com