Réparer les vivants : Une pièce de théâtre émouvante…

La compagnie du Caméléon propose à son public une pièce qui a remporté un Molière du meilleur seul en scène en 2017. Une pièce touchante qui pousse au questionnement et qui mettra la larme à l’œil à plus d’un. A découvrir du 23 février au 10 mars sur la scène du Petit Théâtre.

L’HISTOIRE
Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque : comment le cœur de Simon, 19 ans, peut remplacer celui de Claire, 50 ans, au terme d’une course contre la montre captivante. Toute une chaîne humaine pulsée durant 24 heures pour réaliser cette prouesse de la médecine moderne. Une aventure intime et collective autour d’un organe symbole de la vie et lieu de toutes les émotions.

NOTE D’INTENTION
Le don d’organe est une générosité absolue. Gratuit, anonyme, il donne rien moins que la vie. Et c’est souvent un choix à faire au sommet de la douleur, par des proches qui entourent un corps qui a l’air de dormir. La question qui se pose alors est un vrai choix de société, auquel une des deux réponses possibles est un altruisme héroïque et secret. Tout l’inverse des modèles en vigueur.
Avec le suspense et la rapidité de notre époque, Maylis de Kerangal nous offre cette histoire qui réconcilie finitude et génie humain. Ses mots transmettent une grande force de vie qu’il faut faire circuler de cerveau en cerveau et de cœur en cœur. Réparer les vivants c’était déjà du Tchekhov, il fallait le transplanter au théâtre aujourd’hui.
Emmanuel Noblet

EMMANUEL NOBLET, adaptation, mise en scène et jeu
Comédien depuis l’an 2000, au théâtre dans le répertoire classique et contemporain (Shakespeare, Racine, Corneille, Marivaux, Andreïev, Garcia-Lorca, Durif, Lagarce…), il a travaillé dans des créations collectives et avec de nombreux metteurs en scène dont Catherine Hiegel dans Le Bourgeois Gentilhomme avec François Morel.
Il tourne dans de nombreux télé films notamment L’Affaire Villemin et la série SCALP de Canal+, au cinéma dans La Conquête de Xavier Durringer, La fille de nulle part de Jean-Claude Brisseau (Léopard d’Or 2012) et Chic de Jérome Cornuau au côté de Fanny Ardant.
En parallèle, il a été régisseur et éclairagiste au théâtre, collaborateur artistique et assistant de metteurs en scènes au théâtre et au cinéma.
Il a mis en scène Et vivre était sublime à la Maison de la Poésie (Prix du public Avignon OFF 2015). Sur demande de l’auteur, il a également mis en scène une lecture- concert de Boussole de Mathias Enard, Prix Goncourt 2015. Son adaptation-mise en scène-interprétation du roman Réparer les vivants de Maylis de Kerangal lui a valu le Molière du Seul-en-scène 2017.

LA PRESSE EN PARLE
« Un spectacle généreux qui nous touche en plein cœur. » L’humanité
« II est rare d’assister à un tel moment de théâtre « pur », puisé dans une matière romanesque et porté avec ardeur et modestie tout à la fois, par un interprète audacieux et ultrafin, ultrasensible ». Le Figaro
« Prendre le risque d’adapter pour la scène un livre (« Réparer les vivants » de Maylis de Kérangal) qui a remporté un succès immédiat et fulgurant, sur un thème délicat, la transplantation d’organes, en incarnant seul une multitude de personnages et être salué par le public et la critique… C’est le fabuleux destin d’Emmanuel Noblet. » Culture box
« Dans un solo incandescent – sensation du festival Off d’Avignon 2015 -, l’agile Emmanuel Noblet adapte le roman de Maylis de Kerargal avec compassion. On quitte la représentation en état de grâce. ». La Vie
« Délicatesse, humour, et humanité. » Culture box
« Un one-man-show étincelant et haletant. Un bel acteur dans un texte qui questionne intimement les spectateurs. » Voir, lire, sortir
« Ce solo déploie la carte de tous les sentiments humains dans une péripétie folle,
un mouvement de vie incandescent. » Libération
« Une extraordinaire maîtrise du plateau, des personnages, et surtout l’esprit de ce texte ciselé à la perfection. » Théâtral magazine
« Un miracle de rigueur, d’intelligence, d’inventivité, d’émotion, par un artiste à qui Avignon Off avait fait un triomphe en 2015. » L’avant-scène
« Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Une tragique et belle histoire hautement symbolique qui renvoie à la vie, à la mort, à l’amour, à l’humain. » Figaroscope

 

 

Infos pratiques

Théâtre : Réparer les vivants
Compagnie du Caméléon
Les vendredis 23 février, 2 et 9 mars à 19h30
Les samedis 24 février, 3 et 10 mars à 19h30
Les dimanches 25 février et 4 mars à 17h
Tarifs : 4 000 Fcfp adultes / 3 000 Fcfp – de 18 ans et étudiants /2500 Fcfp – de 12 ans.
Billets en vente à carrefour Arue, Faaa et Punaauia, Radio 1 Fare ute et en ligne sur www.ticket-pacific.pf
Renseignements au 40 434 100
Petit Théâtre