Tender et Kumu Hina, les grand gagnants de ce festival

200-fifo-familyAnimée par Lolo et Hinatea, la soirée de remise des prix de ce FIFO 2015 s’est déroulée ce vendredi 6 février, dans la bonne humeur et le partage. Ils étaient nombreux à avoir répondu présent pour cette soirée spécialeau Grand Théâtre…

 

« Ce soir, nous voulons rendre hommage à Richard Mai ». Avant de lancer l’hymne du FIFO en tahitien devant le public du Grand Théâtre, Jacquot, le chef  d’orchestre qui dirige la chorale composée des membres du personnel du festival, a souhaité faire honneur à « un ami, un frère, un collègue » décédé l’année dernière. « Richard me disait : dans la lanque de Maré, chanter veut dire être bien ensemble. Ce soir, on est bien ensemble, ce festival nous rend heureux », déclare Wallès Kotra, le président de l’AFIFO, qui a rejoint la scène du Grand Théatre accompagné du Haut-commissaire, des représentants de France Télévision et Polynésie 1ère, et Heremoana

Maamaatuaiahutapu. « Bonne nouvelle, on a décidé de rallonger le FIFO », annonce enthousiase Wallès Kotra qui dévoile d’ores et déjà les dates du prochain festival prévu, donc, du 30 janvier au 7 février 2016.

 

Après l’intervention du futur ministre de la culture qui a provoqué le rire de l’assemblée autant que celui du président du jury, Jan Kounen, visiblement ravi d’être là ce soir, le moment tant attendu de l’annonce des prix est arrivé. « Et le meilleur prix du court métrage est….. Cat ». Cri de joie dans la salle. Arrive ensuite le prix du SCAN, une nouveauté de cette année qui récompense la meilleure production locale. « Tatau ! » annonce Hermann Van Eyken, membre du jury. « Ah je crois que le film a déjà son fan club », s’amuse t-il. Dans la salle, cris de joie et applaudissements résonnent. Jean-Philippe Joaquim et son producteur sortent de l’ombre et montent sur scène. « Dans ce film, on a mis notre cœur, nos larmes, nos rires » lance le producteur avant d’être interrompu par le réalisateur : « Et de l’encre ! ». La soirée se poursuit avec le discours de Jan Kounen, le président du jury. «J’étais très surpris car en Europe, les jury de festivals finissent par se taper dessus, confie t-il amusé, alors qu’ici, je ne sais pas si c’est parce qu’on est en Océanie mais c’est respectueux et calme ! ». « Par contre, il manque cruellement de femmes donc l’année prochaine, il faut au moins une femme dans le jury », lance le réalisateur français enchanté de son séjour en Polynésie française. Arrive le moment de décerner le premier prix du jury qui revient au film français Les Horizons Chimérique. Le deuxième prix du jury récompense Kumu Hina qui repartira avec également le prix du public. A l’annonce du prix, l’héroïne du film monte sur scène aux côtés de son mari. Emue, Hina est venue de Hawaii pour représenter le documentaire qui parle de ses difficultés en tant que mahu, mais aussi en tant que femme. Elle ne trouve pas les mots… Un moment d’émotion qui a bouleversé l’assemblée.

 

« Pour le prix spécial du jury, annonce Emmanuel Tjibaou, membre du jury, nous appelons… Black Panther Woman ». Marlène Cummins n’en revient pas. Ce personnage, cette femme forte devenue un exemple pour les autres est assise à côté de l’héroïne de Kumu Hina. « C’est incroyable de voir ces deux femmes réunies ensemble au même endroit. C’est un honneur », confie une spectatrice qui ne rate pas une seconde de cette soirée, entrecoupée par des pauses danses avec le groupe Hei Rurutu. Arrive désormais le moment tant attendu de la soirée: l’annonce du grand prix du jury. Le président du jury, Jan Kounen, est appelé sur scène. «Parce que ce prix a été décidé ensemble, je demande aux autres membres du jury de me rejoindre ». Réunis sur la scène, le jury annonce donc le grand gagnant de ce FIFO 2015. « Et le grand prix du jury est décerné à…. « Tender » ! Bravo ! ». Ovation dans la salle. « C’était un FIFO extraordinaire, très riche et très divers. Et cette année on a eu un sacré président du jury  », confie l’un des spectateurs.

 

Suliane Favennec