Ondine, la nouvelle pièce de théâtre interprétée par le Conservatoire

Samedi 6 mai, les élèves de la section théâtre du Conservatoire interpréteront la pièce de théâtre Ondine de Jean Giraudoux mise en scène par Christine Bennett. Une soirée unique à ne pas rater !

THEATRE SUR SCENE : IMPOSSIBLE AMOUR ?

Quatrième spectacle de l’année coproduit par le Conservatoire artistique et la Maison de la Culture, « Ondine », de l’auteur français Jean Giraudoux, est une pièce de théâtre mise en scène par Christine Bennett, professeur d’Art dramatique au C.A.P.F., d’après l’œuvre originale créée en 1939 par l’auteur.

Cette pièce en trois actes sera jouée par les comédiens adolescents de la section théâtre du C.A.P.F., très dynamiques, qui relèvent avec leur professeur le défi de l’interprétation d’un véritable monument du répertoire théâtral français, par ailleurs inscrit au programme des classes littéraires.

Le personnage principal, Ondine, est une jeune et immortelle nymphe des sources, qui croise le chemin d’un jeune et beau chevalier, Hans. Il est question d’Amour et de passion mais d’un Amour interdit, condamné, impossible entre une immortelle et un humain, entre deux mondes inconciliables : celui de l’Homme et de la Femme. Par amour, Ondine, le personnage principal, séduira Hans, puis tentera de le protéger mais en vain. Giraudoux a trouvé là une occasion de représenter les rapports impossibles de l’homme et de la femme.

DISTRIBUTION : LES ADOLESCENTS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE

Cette pièce, qui est considérée comme un grand classique du théâtre français, sera interprétée par huit élèves adolescents du cours de Christine Bennett pour lesquels elle représente un véritable défi : ces élèves sont  Brieuc Boutillon, Krystel Chin Foo, Olivia Cunéo, Loanah Jouvin, Justine Vergier, Yuna Illido-Latour, Haunu Tchoun Tham et Théa Marquand. Ces jeunes comédiens seront épaulés sur scène par un comédien de la section adulte du cours d’art dramatique, Pascal Picq. Les costumes de la pièce sont réalisés par Marie-O, et les décors, par Tuarani Temataotoa.

IL ÉTAIT UNE FOIS…

Hans, chevalier errant, arrive dans la chaumière des parents adoptifs d’Ondine alors qu’il vient de passer un mois dans la forêt où il avait été envoyé par sa future femme Bertha pour tester sa bravoure. Ondine, nymphe des eaux, tombe amoureuse du chevalier et le séduit.

Les autres ondins s’opposant à cette union car ils n’acceptent pas la fatalité qu’elle comporte : le chevalier devra la tromper.  Ondine accepte un pacte avec eux disant que si le chevalier la trompe un jour, ils auraient le droit de le tuer.

Connaissant bien la condition et les vertus de l’homme, les autres ondines, sous les ordres du roi des ondins, tentent de séduire le chevalier mais en vain.

Finalement, le chevalier finira par tromper Ondine avec son ancienne promise Bertha, et Ondine sera obligée de faire croire que c’est elle qui a trompé le chevalier la première pour empêcher qu’il ne soit tué.

Sa « non-humanité » découverte, elle sera jugée mais son procès se changera vite en un procès de l’amour. Le roi des ondins, par ses investigations, se rendra compte de l’infidélité première du chevalier mais ne sera pas obligé de le tuer car son amour pour Ondine lui aura déjà porté le coup fatal. Il finit par mourir et Ondine, par un sort magique des ondins, oublie toute son expérience humaine et l’amour qu’elle portait au chevalier Hans.

UN PEU DE MYTHOLOGIE

Une ondine (ondin au masculin) est un génie des eaux dans la mythologie germanique et alsacienne – une nymphe ou une naïade de ma mythologie grecque. À l’inverse des sirènes, les nymphes ne fréquentent pas la mer, mais les eaux courantes, rivières, fontaines, et n’ont pas de queue de poisson. Durant l’été, elles aiment se tenir assises sur la margelle des fontaines, et peigner leurs longs cheveux avec des peignes d’or ou d’ivoire. Elles aiment également se baigner dans les cascades, les étangs, et les rivières, à la faveur des jours radieux d’été. On dit que celles qui ont les cheveux couleur d’or possèdent de grands trésors qu’elles gardent dans leurs beaux palais immergés (wiki).

PORTRAIT D’ONDINE

C’est une fille du lac, une jeune femme magnifique aux pouvoirs surnaturels : elle commande les éléments naturels mais a aussi le pouvoir de lire dans les pensées des gens et donc de savoir tout ce qui traverse leur esprit. Ce don est une force mais aussi un handicap car elle n’est jamais surprise par personne. « Ondine, c’est le rêve » dit son père, elle représente la Nature, la perfection, « elle est ce que le monde a de plus parfait » dit-il encore : elle est irréelle, immatérielle, absolue.

Elle représente la révolte, la force, la colère mais aussi la douceur et la jeunesse à qui il reste tant à découvrir, ce qui entraine ses coups de sang. Ses parents adoptifs Auguste et Eugénie l’ont éduquée et faite grandir comme leur propre fille, malgré ses particularités et le temps qu’elle passait au fond des eaux. Elle est très courageuse, prête à affronter la honte de son peuple, et à perdre ses pouvoirs magiques par amour. Ondine veut simplement ici devenir une femme et sortir de sa condition magique : « Je savais bien qu’il devait y avoir une raison pour être fille. La raison est que les hommes sont si beaux… ». Elle aime Hans mais n’aime pas les humains, elle sera déçue par la suite des événements.

 

Infos pratiques

Théâtre : Ondine de Jean Giraudoux

CAPF/TFTN

Samedi 6 mai 2017 – 19h30

Tarif unique : 1 200 Fcfp

Billets en vente sur place et en ligne

Renseignements au 40 544 544

Petit Théâtre