Micro-trottoir

200-microtrottoirVaiana : “Le gagnant c’est Kumu Hina !”

 

Vous sortez de la projection du film “Paitangi” quelles sont vos impressions ?

“Je suis née en Nouvelle-Zélande et je suis sensible à tout ce qui touche à la culture maori. Je trouve le documentaire très intéressant, car il montre combien c’est difficile pour les femmes de faire vivre leur culture face aux hommes.

 

Vous avez vu plusieurs films depuis le début du FIFO, avez-vous eu un coup de cœur ?

J’ai vu « Kumu Hina » plus tôt. Je suis enseignante dans le tourisme et j’aime voir des films qui parlent de ma culture ou des cultures du Pacifique. Pour moi, c’est « Kumu Hina » qui va gagner. Ce documentaire soulève des thèmes de société profonds. Sans être dans la problématique mahu, on s’identifie à Hina. Moi, je me suis identifiée à elle, je me suis reconnue en tant que Polynésienne. Ses difficultés sont similaires à celles que rencontrent des couples hétérosexuels finalement.

 

Le FIFO, c’est un rendez-vous incontournable pour vous ?

C’est la première année où je peux amener ma classe, où on peut voir les films ensemble, en parler. C’est formidable. C’est un festival qui doit perdurer, car il offre une perspective plus large sur l’Océanie.

 

 

Sophie : “Coral Triangle, un film beau et optimiste”

Quel univers avez-vous découvert durant ce FIFO ?

J’ai vu « Sovereignty dreaming, la révolte des rêves » qui traite l’opposition des femmes aborigènes à un centre d’enfouissement de déchets nucléaires. La question des aborigènes m’intéresse beaucoup. J’ai également découvert « The Coral triangle : paradise under pressure ». Les images de ce film sont magnifiques, j’ai découvert cette région. C’était très beau et en même temps optimiste.

 

Vous êtes une habituée du FIFO ?

Oui, je viens régulièrement.

 

Quelle est le prochain documentaire que vous allez découvrir ?

Je vais voir « Bobby, le renouveau culturel polynésien ». J’ai connu la musique, la peinture de Bobby, j’avais très envie de voir ce documentaire. Je sais qu’il est déjà passé à la télévision, mais je n’ai pas eu l’occasion de le voir. J’ai hâte de le découvrir, de retrouver Bobby.

 

 

 

Roland : “Kumu Hina a réveillé ma conscience

Quels films avez-vous retenus aujourd’hui ?

J’ai vu « Kumu Hina » et « Sovereignty dreaming, la révolte des rêves » Il y a la souffrance des aborigènes pour préserver leur culture, mais aussi leurs terres. Les terres c’est ce qui nous préoccupe aussi en Polynésie, on a dû mal à être chez soi.

 

Entre les deux films, vous avez une préférence ?

« Kumu Hina ». C’est comme un ami qui a réveillé ma conscience au niveau de la préservation de la culture.  Comme Hina avec ses étudiants, il faut montrer aux jeunes générations qui on est. Mon coup de cœur c’est pour « Kumu Hina ».