Le féérique spectacle de la petite marchande d’allumettes

Après un concert de Noël couronné de succès en 2016, la Maison de la Culture organise cette année un magnifique spectacle de Noël le 8 décembre avec l’Académie de danse Annie Fayn. Près d’une centaine de danseurs seront sur la scène du Grand Théâtre pour vous raconter la célèbre histoire de la Petite marchande d’allumettes…

Le conte original
Tout le monde se rappelle de ce conte triste d’une petite fille qui vend ses allumettes dans une rue enneigée la nuit du jour de l’an. Ne trouvant aucun acheteur, épuisée et gelée, n’osant rentrer à la maison, elle se blottit en grelottant dans une encoignure entre deux maisons.
Pour se réchauffer, elle allume plusieurs allumettes. Eblouie par leur flamme elle y voit différentes scènes de bonheur : un savoureux repas, un lumineux sapin de noël, une famille heureuse… Autant de scènes qui réchauffent son cœur. Avant de s’endormir et dans la flamme d’une dernière allumette, elle finit par voir sa grand-mère disparue depuis peu. L’histoire s’achève sur l’image de cette grand-mère qui vient chercher sa petite fille pour l’emmener vers de plus beaux cieux.
Le lendemain, on retrouve la petite fille sans vie, avec un grand sourire aux lèvres. On la croit morte de froid, ignorant qu’elle a rejoint pour toujours sa grand-mère chérie pour jouir de la félicité céleste.

Le spectacle
La Maison de la Culture a le plaisir de collaborer avec L’Académie de danse Annie Fayn sur cette production. Pour l’occasion, ce sont 92 artistes de danse classique et contemporaine qui seront sur scène, sur une interprétation de variations du répertoire tirée du Ballet de Coppelia.
Le conte sera illustré par sept tableaux qui s’enchaîneront comme suit :
• La Rue (Contemporain)
• Soir de Fête : 1ère allumette (classique)
• Les Poupées : 2e allumette (classique)
• Le Sapin : 3e allumette (classique)
• La Neige (Contemporain)
• Les Etoiles (classique)
• Noël (Final)

Pour agrémenter le tout, les danseurs et danseuses évolueront sur une bande son mais également sur les voix d’Emmanuelle Vidal et la chorale Te reo nui qui interpréteront des chants de Noël.

Le conte d ’Andersen revisité
Alors qu’Andersen cherchait à dénoncer la misère de son époque, l’Académie de danse Annie Fayn a souhaité donner à ce conte une dimension contemporaine. En contre-point l’académie a choisi de mettre en exergue la magie de la fête de Noël qui permet de renforcer le lien social en réunissant les familles et plus largement les individus, en les invitant au rêve.
La passerelle est cette Petite Fille qui essaie de transformer ce quotidien en éclats de vie imaginaires, le temps d’une allumette enflammée. L’Académie s’attachera à mettre en scène l’imaginaire de cette enfant, quand elle pense à sa famille, à des amis qu’elle aurait pu s’inventer… Le public verra au travers de ses yeux ce qu’est la magie de Noël, ce que sont ses rêves et sa vie. Ainsi l’histoire devient plus chaleureuse, plus humaine et invite chacun à renouer avec des valeurs de solidarité et d’entre-aide, essentielles lors de cette période de célébrations.

Des décors virtuels au service du spectacle
L’animation vidéo a été faite non pas pour traiter du thème de la pauvreté par l’image, au contraire, elle indique le contexte : la rue, la neige, les apparitions magiques de la grand-mère, principalement celle des souvenirs de la petite marchande. La grand-mère est ce personnage imaginaire que la petite fille génère pour être un peu moins seule dans cette nuit noire. La vidéo nous permet véritablement d’évoquer le passage à une dimension nouvelle pour l’enfant.
Pour représenter cette Petite Marchande d’Allumettes, l’Académie de danse Annie Fayn a choisi d’utiliser tous les moyens dont peut disposer le théâtre, et notamment le son et l’image, de manière à raconter ce conte grâce aux ressources techniques dont dispose la Maison de la Culture et à mettre en valeur les danseurs sur la scène. Ces choix artistiques et techniques permettront aussi de donner au conte une dimension encore plus puissante pour parler à un jeune public. Le son et l’image seront des passerelles vers ce jeune public en complétant l’histoire dont la chorégraphie illustre la trame.

Collecte de jouets pour le collectif Ohana

En 2016, la Maison de la Culture s’était associée au collectif Ohana pour contribuer à récolter des jouets. Le dispositif avait très bien fonctionné, au point que de nombreuses personnes déposaient leurs jouets durant la semaine qui précédait l’événement. Cette année la même opération est mise en place, un moyen efficace de soutenir l’initiative de Natalia Germain qui, avec ses bénévoles, récolte chaque année des peluches, jeux et jouets pour des enfants ainsi que des vêtements pour enfants et adultes sous la bannière du collectif Ohana.
La Maison de la Culture a tenu à s’associer de nouveau à ce collectif dynamique et sérieux pour contribuer à cette récolte : un bac sera à disposition du public pendant la soirée de spectacle, mais les dons peuvent être déposés également en journée dans la semaine. L’ensemble des dons doit être en bon état, la distribution des cadeaux se fera le 25 au matin.
En espérant que la collecte soit encore plus fructueuse que l’année passée, avec pour objectif « que personne ne soit oublié » lors de ce mois de décembre où la joie, le partage et la solidarité sont de mise. D’autres lieux de dépôt sont prévus, toutes les informations sont sur la page Face book OHANA TAHITI.

 

Infos pratiques

Spectacle de Noël : La petite marchande d’allumettes d’après un conte d’Andersen
TFTN
Scolaire : jeudi 7 décembre 2017 – 9h00 et 13h30
Tarif unique : 600 Fcfp
Réservation : 40 544 536
Séance publique : Vendredi 8 décembre 2017 – 19h30
Tarifs : 1 000 Fcfp adultes et 800 Fcfp enfants – 12 ans
Billets en vente sur place et en ligne


Renseignements au 40 544 544
Grand Théâtre