[FIFO 2020] 2ème FESTIVAL TE VEVO – LE PROGRAMME

2ème FESTIVAL TE VEVO – LE PROGRAMME

 

Semaine 1 – du 26 février au 1er mars
Thématique : la place de la femme dans la société polynésienne

Cinéma – le 26 février à 18h30
MUSTANG

4 Césars en 2016 dont celui de la meilleure première œuvre

Nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger 2016

Drame – Turquie – 2015

1h33 – A partir de 12 ans – VO

De Deniz Gamze Ergüven

Avec Güneş Nezihe ŞensoyDoğa Zeynep DoğuşluElit İşcan

C’est le début de l’été. Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger.
Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

« Cette chronique d’une adolescence rebelle dénonce les atteintes à la liberté des femmes au nom de la religion. Un film aussi porté par la beauté solaire et faussement virginale de ses actrices, fougueuses amazones lancées au galop. » LE JOURNAL DU DIMANCHE


Théâtre – les 27, 28 et 29 février à 19h30, le 1er mars à 17h

GIRLS AND BOYS
Molière du seul(e) en scène 2019

Théâtre – 1h30 – à partir de 14 ans

Texte : Denis KELLY

Mise en scène : Mélanie LERAY

Comédienne : Constance Dollé

Une rencontre impromptue dans un aéroport se transforme en relation intense et passionnée. Le couple s’installe, achète une maison, fait deux enfants. Parallèlement, chacun s’investit dans sa carrière. Une famille ordinaire, en somme. Pourtant, avec ce monologue inattendu, complexe, drôle et brutal, Dennis Kelly continue de percer les apparences pour explorer l’âme humaine et appuyer là où ça fait mal, sans cynisme, mais sans concession.

« Constance Dollé est épatante ! La comédienne passe de la légèreté à la gravité avec une grande délicatesse, affiche solidement sa fragilité et fait de ce « Girls and Boys », texte fort et implacable, un moment suspendu » LE PARISIEN

 

 

Semaine 2 – du 4 au 8 mars

Thématique : les enjeux liés à l’alimentation

 

Cinéma – le 4 mars à 18h30

OKJA
6 nominations au festival de cannes 2017 (Prix du scénario, Grand prix et Prix du jury) 

Fantastique – Corée du sud – 2017

1h58 – A partir de 12 ans – VO

De Bong Joon Ho

Avec Seo-Hyun Ahn, Tilda SwintonJake Gyllenhaal

Pendant dix années idylliques, la jeune Mija s’est occupée sans relâche d’Okja, un énorme animal au grand cœur, auquel elle a tenu compagnie au beau milieu des montagnes de Corée du Sud. Mais la situation évolue quand une multinationale capture Okja et transporte l’animal jusqu’à New York où Lucy Mirando, la directrice narcissique et égocentrique de l’entreprise, a de grands projets pour le cher ami de la jeune fille…

« Une proposition aussi drôle que bouleversante. Un grand film de divertissement, familial et politique. » Le nouvel Observateur

 


Théâtre – les 5, 6 et 7 mars à 19h30, le 8 mars à 17h

LE DERNIER OGRE

Conte musical – 1h – à partir de 13 ans

Texte, récit et mise en scène : Marien TILLET

Scénographie et live painting : Samuel PONCET

Composition musicale et guitare : Mathias CASTAGNE

Sur scène : un conteur, un musicien et un plasticien.

Face A : un ogre meurtri raconte son geste irréparable lorsque sept garçons font irruption dans sa maison.

Face B : un père retrace sa décision de quitter la ville avec femme et enfants pour un retour radical à la terre,

L’ogre comme le père n’ont qu’un souhait, protéger leur famille, mais rien ne se passe comme prévu et ces deux histoires qui mettent en miroir le conte du Petit Poucet et l’utopie d’une famille en mal de nature finissent par se rejoindre de manière inattendue.

Entre slam, concert et live painting, ce spectacle coup de poing nous entraîne sur les chemins de la transgression, bouscule les certitudes et nous interroge sur nos choix de société.

« Le Dernier Ogre est un spectacle exceptionnel, qui fait entrer Marien Tillet dans la cour des très grands, ces artistes dont on a envie de voir et revoir le spectacle.. » LE PARISIEN

En 1ère partie (20 min), lecture performance de PAUL WAMO

Paul WAMO Taneisi, poète performer de Nouvelle-Calédonie, allie sa pratique entre écriture et oralité. Figure emblématique de la poésie contemporaine dans son Pays, il présentera une lecture performance inédite autour de la thématique « nourriture et transmission ». Surtout sollicité pour ses projets musicaux et reconnu pour ses qualités d’interprète, l’artiste kanak ne lit pas ses textes, il les transpire.

 

 

Semaine 3 : du 11 au 15 mars

Thématique : l’appréhension de la différence et les pédagogies alternatives

 

Cinéma – le 11 mars à 18h30

MARY ET MAX
6 nominations au festival de Cannes 2017 dont Grand prix et Prix du jury

Film d’animation – Australie – 2009

1h32 – A partir de 13 ans – VF

De Adam Elliot

Avec Toni CollettePhilip Seymour HoffmanEric Bana

Sur plus de vingt ans et d’un continent à l’autre, Mary et Max raconte l’histoire d’une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d’Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

« Avec beaucoup de subtilité, Adam Elliot signe un film d’animation épistolaire où la cocasserie du monde côtoie son absurdité. » Première

Théâtre – les 12, 13 et 14 mars à 19h30, le 15 mars à 17h

UNE VIE SUR MESURE

Nominé au Molière du seul(e) en scène 2016 

Théâtre musical – 1h25 – à partir de 7 ans

Texte et interprétation : Cédric CHAPUIS

Mise en scène : Stéphane BATTLE

Loin d’être idiot ou attardé, Adrien Lepage est simplement… différent.

A mi-chemin entre Forest Gump et Billy Elliot, ce gamin surdoué, beau de naïveté, vit une passion défendue pour la batterie. Qu’importe les adultes violents, les camarades moqueurs, les professeurs exaspérés, tant qu’Adrien a la batterie à offrir en partage. A Traver Sun regard pur, que seuls les enfants sont capables de porter, sa vie n’est que rythme, son monde, émerveillement. Avec beaucoup de candeur et d’enthousiasme, il fait de son triste quotidien, une vie lumineuse gorgée de musiques.

Une histoire aussi drôle que bouleversante.

« Un concentré délicat d’humanité… Un bel éloge à la différence… » LE MONDE