TAUPITI / MATARI’I

Matari’i i ni’a (2007, 2008)

Matarii est le nom de la constellation des Pléiades aux îles de la Société et aux îles Australes. Mata signifie œil et rii : petit, donc Matarii signifierait les petits yeux.Cette constellation est connue et utilisée comme marqueur de temps dans tout le Pacifique, mais l’écriture du terme varie en fonction des lieux.

Ce n’est que depuis 2003 que des Polynésiens, les premiers à travers l’association Haururu, ont le souhait que la population se réapproprie les célébrations liées au cycle naturel annuel de Matarii. Autrement dit, les travaux des associations et du gouvernement plus tardivement se rejoignent pour tenter de donner un sens et une aura à Matarii. D’un point de vue ethnologique, il est intéressant d’assister à cette démarche contemporaine d’actualisation, impliquant d’incontournables innovations par rapport au passé. À un autre niveau, au delà de la tenue des célébrations liées à Matarii, il est important de considérer les valeurs que pourraient véhiculer ces dernières dans l’intérêt du développement culturel, social et économique du pays.

Concrètement, Matari’i c’était aussi un mois entier de festivités, chants, danses, animations, projections, conférences, qui occupent une partie de la Polynésie pendant les mois de novembre et décembre chaque année.

Taupiti (2006)

En septembre 2006, la Maison de la Culture a organisé 5 jours de manifestations culturelles avec des animations pour tous rendant hommage à 4 formes d’art différentes.
Te Fare Tauhiti Nui fait la part belle aux expositions d’art tout au long de l’année, et c’est le résultat de ces beaux moments que nous avons proposé au public, avec des tableaux contemporains, classiques ou audacieux, le travail de Tehina, Ueva Tane, ou encore Linh Cao et Brigitte Ottavy-Rubio, fruit des expositions déjà réalisées, mais aussi Bobby, Gotz, et tant d’autres encore…
Une rétrospective de Cinematamua a été organisée en partenariat avec l’ICA et l’EDT. Elle reprenait des films choisis parmi tous ceux projetés depuis 2003. Ces savoureux moments du temps passé, images émouvantes, joyeuses et fortes, se laissent toujours revoir avec bonheur…
La 3ème édition de la soirée légendes a une nouvelle fois été l’occasion de recréer un lien complice avec le public sous le chant des étoiles. En français, en tahitien ou en bilingue quelques contes de Polynésie revivaient grâce à la voix de personnalités locales. Magie et émotion se sont unies pour faire frissonner le public. La scène était décorée de pakerere venus tout droit des Tuamotu, les jeux de lumières faisaient sortir de l’ombre des détails saisissants… La centaine de personnes présente ne s’y est pas trompée : elle embarquait pour une autre dimension, où lumières et sons voyagent librement.
Ce festival des arts en fête s’est terminé par un hommage aux jeunes artistes du fenua, avec sur la scène du Grand Théâtre des artistes d’exception, porte-parole de la nouvelle génération musicale polynésienne. L’occasion de se faire plaisir avec plus de deux heures de spectacle pour tous les goûts ! Pour nous faire vibrer ce soir là, il y avait Maruao, avec son jazz hawaïen si détendu, Teiva encore intimidé par son succès, Tikahiri et son dynamisme gothique inimitable et Toa ura pour donner la pêche à toute la salle.