L’HEURE DES VIRTUOSES ET DE L’OPERA ITALIEN !

Après le succès du 1er Festival International de Jazz, le Conservatoire Artistique de Polynésie française en coréalisation avec la Maison de la Culture fait place à son grand orchestre symphonique le samedi 19 mai au Grand Théâtre !

LE SUMMUM DE LA MUSIQUE CLASSIQUE – Le concert de l’orchestre symphonique du Conservatoire Artistique, programmé le samedi 19 mai 2018 au Grand théâtre de la Maison de la Culture, propose un programme exceptionnel destiné tant aux mélomanes qu’au grand public. Les 50 musiciens de la formation majeure du CAPF, élèves de haut niveau, professeurs et concertistes, seront – fait exceptionnel – dirigés par deux maestro durant deux parties bien distinctes : la première partie sera consacrée à deux jeunes virtuoses jouant en solistes, tandis que le second acte, plus lyrique, rendra hommage aux grands airs de l’Opéra italien, le Bel Canto, avec le chœur des adultes soit un final magnifique avec près de 90 artistes sur scène..

UNE FORMULE ORIGINALE – Le concert annuel de l’orchestre symphonique est toujours une belle occasion pour les musiciens de rendre hommage à la musique classique. Il s’agit aussi et surtout de partager l’amour de la « grande musique » avec les mélomanes et le public du fenua. Le pari est osé, mais tous les artistes de cette formation, composée cette année de 50 élèves et enseignants, auront à cœur d’offrir le meilleur d’eux-mêmes et de servir ainsi les grands compositeurs choisis pour l’occasion. La formule est originale : un grand concert et deux maestro, qui feront découvrir deux jeunes solistes du conservatoire et les grands airs de l’opéra italien.

LA PAROLE AUX SOLISTES – Frédéric Rossoni, qui dirige le département jazz du CAPF, sera le premier à entrer en scène. Le maestro aura le redoutable honneur de diriger sa jeune fille, Chiara, pianiste émérite de 16 ans, qui prépare cette année son diplôme de fin d’étude. Avant de retrouver le redoutable mais fantastique Mozart, elle interprétera une berceuse écrite… par son père quand elle avait trois ans. Le second jeune soliste engagé, Ludovic Chan, qui a déjà terminé son cursus d’étude et dira au revoir au conservatoire à l’issue de ce dernier concert, est un véritable virtuose du violon. Âgé de 17 ans, il a d’ailleurs été repéré lors des master class de grands concertistes internationaux invités par Musique en Polynésie. Le jeune homme fera (re)découvrir au public les concertos de Svendsen. Cette première partie du grand concert promet un moment d’émotion unique pour le public du fenua face à deux de ses enfants.

LES GRANDS AIRS DE L’OPERA ITALIEN – Le second maestro à entrer en scène est Jean-Marie Dantin. L’homme, qui a consacré toute sa vie à la promotion de la musique classique et de la clarinette, dirige le chœur des adultes du conservatoire, reformé cette année avec 40 chanteurs. Pour cette soirée inoubliable, Jean-Marie Dantin a choisi de conter l’histoire de l’Italie et de ses grands compositeurs : Verdi, Rossini, Puccini, Masscagni. L’orchestre va ainsi embarquer le public dans un voyage à travers l’opéra italien, à la recherche, d’abord, de la plus belle femme du monde pour le Dey d’Alger, à la rencontre, ensuite, de la cour du duc de Mantoue, avant une halte dans les Alpes suisses avec les villageois et amis de Guillaume Tell. Le voyage se poursuivra en Sicile avant de franchir la Méditerranée pour une escale en Égypte à l’occasion de la célébration de la grande victoire du capitaine Radamès sur les troupes éthiopiennes. Ce merveilleux voyage se terminera dans les libations et la joie avec la Traviata. Cet hommage à l’opéra italien sera avant tout une aventure dans ce pays fondateur qui célèbre l’amour et la vie en musique.

3 questions à Chiara Rossoni, pianiste du symphonique

Tu vas jouer en soliste devant l’orchestre symphonique. C’est une première pour toi, comment le vis-tu ?

Je suis un peu nerveuse à l’idée d’affronter le public, mais je suis très heureuse d’avoir l’opportunité de réaliser un solo avec l’orchestre. J’aime cette sensation unique de converser avec d’autres instruments, qui me fait me sentir à chaque fois plus libre. J’ai beaucoup travaillé, j’ai préparé ce programme avec mon père et ma professeure de piano, Dothy Lhomme-Colombari. Cela n’a pas été facile pour moi car non seulement j’ai dû beaucoup travailler la technique comme la rapidité chez Mozart, mais aussi mes deux morceaux d’examens de fin d’année, qui me prennent beaucoup de temps.

Que penses-tu des compositeurs que tu dois interpréter ?

Les deux compositeurs que j’interprète sont Mozart, connu de tous, et mon père : Frédéric Rossoni, chef d’orchestre de ce programme. Mozart est un génie de la musique, il représente pour moi l’inspiration, la fougue et la passion de la musique classique. Quant à mon père, c’est lui qui m’a initiée à cet univers fascinant et qui m’a élevée avec cet amour de la musique.

Que dire aux jeunes qui ne connaissent pas la musique classique ?

La musique classique représente la pureté de tous sentiments selon moi. Elle est si belle qu’il est impossible de ne pas l’aimer et je pense que chacun devrait en écouter, au moins de temps en temps, pour apaiser son esprit et se détendre. On peut la retrouver quotidiennement dans les films, la radio ou les publicités, donc les jeunes peuvent s’y intéresser d’abord par ces intermédiaires.

3 questions à Ludovic Chan, violoniste

Peux-tu nous parler du morceau que tu vas interpréter avec l’orchestre ?

Je vais interpréter la Romance en Sol pour violon et orchestre du compositeur norvégien Svendsen. C’est une très belle pièce qui évoque la beauté des paysages nordiques. Si ce morceau est techniquement abordable, toute la difficulté réside dans l’interprétation et dans la capacité à transmettre l’émotion.

Qu’est-ce que cela fait de jouer comme soliste dans un orchestre ?

Durant sept ans j’ai joué en orchestre, ce qui a été très formateur. Cela nous apprend à suivre les directives du chef, être en rythme, écouter les autres pupitres… En 2011, lorsque j’ai intégré le conservatoire et le grand orchestre, j’avais 11 ans, j’étais fier même si je n’étais que 3ème violon. Cette année, je suis soliste et je me sens vraiment honoré et chanceux. C’est très particulier d’avoir ce statut dans l’orchestre.

C’est ta dernière année au fenua, ce concert sera une grande émotion pour toi ?
Je pense que ce sera une belle manière de dire au revoir à toutes les personnes que j’ai croisées au conservatoire, les amis, le personnel, les professeurs et surtout David, mon professeur, qui m’a permis d’arriver là où je suis.

Infos pratiques

Concert : Grand orchestre symphonique
CAPF/TFTN
Samedi 19 mai 2018 – 19h30
Tarifs : 2 000 Fcfp adultes / 1 500 Fcfp enfants – 12 ans
Billets en vente sur place et en ligne


Renseignement au 40 544 544
Grand Théâtre