Le conservatoire présente le monde des fleurs

200 gala capfUne date essentielle pour le C.A.P.F. – Plus de 800 élèves du département des arts traditionnels de Te Fare Upa Rau attendent ce moment avec impatience: la grande Nuit de Gala du Conservatoire, qui se déroule Place To’ata, est l’aboutissement de six mois de travail pour une équipe pluridisciplinaire réunissant, autour de la danse traditionnelle, le chœur de Himene, les classes d’instruments (percussionnistes et pratiquants de Ukulele) et non des moindres, les élèves de la classe de ‘orero. Cette belle Nuit aura lieu cette année le samedi 11 juin à 18H, à To’ata, temple de la danse.

Un Gala au cœur des fêtes du Heiva – L’événement clôt le Heiva des écoles et annonce le Heiva des grands groupes. Il présente, des petits « bébés » en cours d’initiation aux danseurs adultes en passant par les élèves de haut-niveau, très attendus, tous les stades d’apprentissage des arts traditionnels avec une prime spéciale aux élèves diplômés et lauréats de l’année 2016.

Une équipe professionnelle, talentueuse et créatrice – L’équipe pédagogique du C.A.P.F. propose un spectacle original, dont les textes, musiques, chants et chorégraphies des sept tableaux de danse, qui forment le corps du spectacle, ont été spécialement créés pour l’occasion. Les musiciens de l’orchestre traditionnel de Te Fare Upa Rau, dirigés par Roger Taae, font là un remarquable travail de recherche et d’innovation à la fois. Leur Pehe seront  enregistrés par les techniciens de la Maison de la culture aux bonnes fins de transmettre ces créations au plus grand nombre.

De superbes chorégraphies – Les enseignants de ‘ori Tahiti, Vanina Ehu, la coordonnatrice, Erena Uura, Vaehakaiki Urima, Hinavei Raveino et pour les garçons, Toanui Mahinui ont eux aussi créé puis adapté les chorégraphies de chaque niveau d’étude tout en maintenant un lien avec le thème principal de l’année 2016 : le monde des fleurs, qui symbolise, on s’en doute, du bouton de fleur à son éclosion, un cycle complet de vie et d’achèvement dans un contexte où la Nature est célébrée comme source de vie.

Art oratoire et chants traditionnels : place au patrimoine – Le travail de Mama Iopa, qui dirige ce qui est sans doute le plus grand chœur d’enfants pratiquant le chant traditionnel – près de 200 – et de John Mairai, professeur de ‘orero, se greffent avec bonheur entre les tableaux de danse, sachant néanmoins que le professeur de ‘orero choisira une époque forte de l’Histoire du Fenua – comme par exemple la mort de Opuhara, tandis que le professeur de chant traditionnel reviendra sur les différents styles de chants : Tarava, Ute, Ruau. Il est dans les deux cas question de préserver le patrimoine ancestral du Fenua. Professeur de pehe et de Ukulele, Moana Urima démontrera l’apprentissage des rythmes fondamentaux pratiqués sur tous les instruments de l’orchestre traditionnel.

 

Hi’a a’e nei te arii pi’o-‘ore,
Fati a’e nei te tī no mou’a tamaiti
Papara tei roto i te heva,
Papara tei roto i te ano…o…o…o

L’indomptable arii vient de tomber
Le « ti » du mont Tamaiti est cassé
Papara est en deuil, Papara est dans le chaos

Infos pratiques

Spectacle de danse : Grande Nuit de Gala du Conservatoire

CAPF/TFTN

Samedi 11 juin – 18h00

Tarifs : 500 Fcfp, 1 000 Fcfp et 1 500 Fcfp
 Gratuit pour les – 2 ans sur demande d’un billet « bébé »
Billets en vente à la Maison de la Culture et en ligne sur www.maisondelaculture.pf

(récupération des billets 48h après l’achat)

Renseignements 40 544 544

Aire de spectacle de To’ata