Interview : John Hughes, membre du jury Réalisateur Australien

jh stillProducteur, scénariste et réalisateur depuis près de 40 ans, le travail de John Hughes explore l’art, la culture, la politique et l’histoire Australienne. Ses films ont reçu de nombreuses distinctions, dans son pays comme à l’international. Créatifs et engagés, les films de John Hughes dévoilent avec justesse et pertinence des réalités souvent invisibles et muettes.

 

Aviez-vous déjà entendu parler du FIFO avant d’y être convié ?

Oui, j’ai eu des échos du FIFO par les amis qui ont eu le plaisir d’y assister il y a quelques années. Autrement, j’ai véritablement découvert le FIFO à travers son site Internet, très complet et utile au demeurant. La sélection de documentaires semble particulièrement riche et intéressante.

 

Vous êtes scénariste, réalisateur et producteur : comment l’êtes-vous devenu ?

J’ai appris le métier sur le tas, je n’ai pas fait d’école pour ça mais je scénarise, réalise et produit des films depuis la fin des années 1970…

 

Est-ce que selon vous faire des documentaires s’apparente à une vocation ?

Oui, je pense qu’il y a un désir particulier de travailler dans la tradition du documentaire. C’est une manière d’être engagé avec le monde. Ce que j’apprécie dans le documentaire, ce sont les challenges créatifs de la narration.

 

Avez-vous déjà pensé à faire de la fiction ?

Certains de mes documentaires sont à la limite des méthodes de la fiction. J’ai réalisé un film dramatique en 1995, « What I Have Written », qui a d’ailleurs été sélectionné au festival du film de Berlin et remporté le prix du meilleur film au festival Mystfest en Italie, en 1996.

 

La vie des Aborigènes semble être votre sujet de prédilection en ce moment. Comment avez-vous développé cette sensibilité ?

J’ai eu la chance d’avoir l’occasion de travailler avec les Aborigènes dans plusieurs projets abordant les problèmes de la terre et des droits, (« Moments Like These », 1989, « After Mabo », 1996, « River of Dreams », 2000), mais aussi plus généralement l’histoire de ce peuple.

 

Que pensez-vous de la production océanienne de documentaires?

Je suis impatient de découvrir, grâce au FIFO, de nouveaux travaux documentaires d’Océanie. Il y a tellement de sujets et de préoccupations communes à toutes les populations de la région, tant d’histoires étonnantes et d’idées incroyables… J’ai également hâte d’en apprendre plus sur le développement des chaînes publiques en Océanie, avec la TNT notamment.

 

Qu’attendez-vous du FIFO exactement en tant que membre du jury ?

Je suis heureux de rencontrer les autres membres du jury, les réalisateurs et autres invités, et curieux à l’idée de pouvoir visionner autant de nouveaux films ! Enfin, visiter Tahiti me réjouit, j’aimerais en savoir plus sur l’environnement de la Polynésie française.

 

Quels sont vos projets à venir ?

Mes nouveaux projets en sont à leurs prémisses. L’un concerne la poète Australienne Judith Wright, son travail, l’influence de ses relations avec un conseiller politique ‘Nugget’ Coombs : ils ont travaillé ensemble sur un projet crucial, les droits environnementaux et indigènes. L’autre est un projet de film sur le « coopérative movement of the 1970’s ». Vers la fin des années 1960 et 1970, de part le monde, des cinéastes indépendants se sont réunis pour s’occuper de la distribution de leurs films, mais aussi parfois pour en réaliser. Cette union leur a permis de travailler ensemble, ainsi qu’avec différents mouvement sociaux (écologistes, féministes, etc.).

Aujourd’hui, ces coopérations sont de plus en plus rares, car les réalisateurs ont de plus en plus tendance à travailler en compétition les uns contre les autres, plutôt que de tendre vers une cause commune.

 

Quelques documentaires de John Hughes

Indonesia Calling : Joris Ivens in Australia – Australie – 2009 – 90 min

Produit par John Hughes

Deux semaines après les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, les indépendantistes Indonésiens ont proclamé la Liberté pour une nouvelle République indonésienne et la fin de la domination coloniale néerlandaise. De renommée internationale, le cinéaste néerlandais Joris Ivens, qui travaillait pour le gouvernement des Indes néerlandaises, a démissionné de son poste et en collaboration avec des militants indonésiens, chinois, indiens, des syndicalistes australiens, des artistes locaux et des cinéastes, il a réalisé « Indonesia Calling », un documentaire sur le rôle crucial du soutien australien dans l’établissement de la nouvelle République indonésienne.

 

River Of Dreams – Australie – 1998 – 52 min

Réalisé par John Hughes

« River of Dreams » explore les approches radicalement différentes entre les populations autochtones et non autochtones, les écologistes et les promoteurs à Fittzroy River, dans la région de Kimberley, au nord-ouest l’Australie.

 

After Mabo – Australia – 1997 – 84 min

Réalisé par John Hughes

« After Mabo » a été tourné entre 1996 et 1997. Il offre un instantané pertinent de l’époque sur la question du droit des terres. Il dissipe beaucoup de mythes sur les droits fonciers autochtones et expose le véritable programme politique et économique de l’Australie. Le film nous emmène auprès des représentants autochtones, dans la brousse et dans les couloirs du Parlement, dans leur combat pour leurs terres.