HENRI HIRO FETE DANS LES JARDINS DE LA MAISON DE LA CULTURE AVEC CINEMATAMUA

CinematamuaCette nouvelle édition de Cinematamua sera l’occasion de saluer à la fois le travail des artistes du Centre des Métiers d’Art et l’artiste complet que fut Henri Hiro. Précédant la projection d’un de ses films, une courte cérémonie est organisée pour installer sur le paepae 4 unu réalisés par les élèves du Centre des Métiers d’Art. La soirée se poursuivra avec des lextures : après un poème écrit par Jean Paul Barral en hommage au poète, Valérie Gobrait lira E pehepehe na te metua vahine, suivie de Matani Kainuku qui nous fera découvrir Aitau, de John Mairai avec Tou fare au tandis qu’Isidore Hiro terminera avec Ia ora te natura. Mais c’est au poète lui-même que revient le mot de la fin : le public pourra ainsi découvrir et entendre Henri Hiro lui-même lisant l’un de ses poèmes préférés : Oihanu. Ce moment de remémoration et d’émotion sera suivi de la projection de Ariipaea vahine dans le cadre de Cinematamua.

 

Ariipaea-Vahine est à l’origine un poème d’Henri Hiro. Ce poème deviendra une pièce de théâtre jouée plusieurs fois au Grand Théâtre et à Moorea par le Pupu Arioi. En 1978, l’unité cinéma Matarau est créée à la Maison des Jeunes et de la Culture. Le premier film de ce département sera une adaptation de la pièce. Les acteurs sont rodés, reste à écrire l’adaptation cinématographique. Sous la houlette du conseiller technique Pierre Gurgand, la petite équipe composée d’Henri Hiro, Harris Aunoa, Hubert Brémond, Do Carlson et Dominique Arnaud se met au travail. Dans son livre « Tahiti autonome », Philippe Mazelier définit ainsi la pièce : « Le thème est classique, la parabole transparente : tant qu’elle fut fidèle aux convictions ancestrales, Ariipaea passait du monde des hommes au monde des dieux, et la culture ma’ohi était vivante. Lorsqu’elle se convertit, les dieux cessèrent de lui parler, et la culture tahitienne mourut. La faire revivre implique pour Henri Hiro de combattre la culture occidentale. Il appelle au retour aux sources contre la société de consommation alors que celle-ci, au même moment, met les bouchées doubles. »

Les costumes et la scénographie sont confiés à Bobby Aparima, Tumata Robinson et Tea Hirshon, et une pléiade de jeunes acteurs participent au tournage parmi lesquels : Benoît Hiro, Kakoum Florès, Hotu Hucke, Raphaël Tehiva, Temoaria Taputu, Charles Patu, Alphonse Tematahotoa, Johnny Arapari, Taputu Taputu, Vaihere Bordes, Tumata Robinson, Faufine Paofai, Rigobert Paofai, Tiare Bonnet, Henri Hiro et Heipua Bordes.

 

Infos pratiques
Cinematamua : Cérémonie des unu, lectures de poèmes et projection de Ariipaea Vahine
Jardins de la Maison de la Culture
Mercredi 16 juin 2010 à 18h00
Entrée libre
Renseignements au 544 544
Plus d’infos sur
www.ica.pf