Cinematamua présente « Do Neva » (1979).

cinematamua-70Réalisé en 1979 par Roland Feit et Rocky Meuel, produit par L’Eglise évangélique de Polynésie française, « Do Neva » est un documentaire sur une rencontre de la CEVAA (Communauté Evangélique d’Action Apostolique) ayant pour thème l’unité et la diversité.

On y aborde d’ailleurs principalement la question de la diversité culturelle, diversité cultuelle, diversité ethnique. «L’évangile n’a-t-il pas été annoncé quelquefois au nom d’une culture en reniant celle de l’autre. Y a-t-il eu réellement un dialogue entre générations différentes, entre religions différentes, entre ethnies différentes » s’interroge Rocky Meuel.

Si le film réalisé dans le cadre des émissions « Présence protestante » restitue cette rencontre, et préconise le dialogue et le respect de l’autre à travers la parole du Christ, le malaise et les revendications de la population kanake sont sous-jacents. « Il me dit de nous aimer les uns les autres, mais comment aimer l’autre, alors qu’il ne me reconnaît pas du tout en tant que Mélanésien. Il me renie en tant que Kanak, alors comment l’aimer alors que je ne le connais pas » se plaint l’un des pasteurs.

 

Cette rencontre se déroule à Do-Neva quelques années avant les tragiques événements qui vont secouer la Nouvelle Calédonie (1984-1988), l’année même où l’ÉÉNCIL (Église évangélique en Nouvelle-Calédonie et aux îles Loyauté) s’engage dans le combat politique et prend position pour l’indépendance, beaucoup des leaders politiques mélanésiens étant issus de l’enseignement confessionnel, et notamment de la sphère missionnaire protestante.

« Do Neva, c’est un symbole. Le lieu où l’Eglise protestante a formé la plupart des cadres kanaks et européens. Do Neva, c’était la première école en milieu kanak. Pendant vingt ou trente ans, tout le monde est passé par là. L’histoire de la mission de Do Neva est à l’envers de toutes les histoires de missionnaires » racontait aux Nouvelles calédoniennes en 2003 André Leehnardt. « Les missionnaires indigènes, comme on disait à l’époque, ont lancé un appel lors de la conférence de Gondé pour que la société des missions de Paris leur envoie un missionnaire blanc pour les aider, les protéger de la colonisation. A cette époque-là, la Nouvelle-Calédonie avait très mauvaise réputation. Les révoltes n’étaient pas loin. Dès que mon grand-père (Maurice Leehnardt) a terminé sa formation, il a demandé à partir en Nouvelle-Calédonie. Il avait vingt-quatre ans. On lui a dit : “ Commence par écouter. Les faits sont des paroles de Dieu “. C’est ce que mon grand-père a fait. Il a fait parler les vieux, il a analysé leur façon de vivre. C’est comme ça qu’il est devenu ethnologue.»

 

 

Infos pratiques

 

Projection de films anciens : Cinematamua – Do Neva (1979)

Grand Théâtre

Mercredi 19 janvier 2011 – 19h00

Entrée libre

Renseignements au 544 544