Cérémonie d’ouverture : la grande famille polynésienne réunie

Ils sont venus nombreux assister à la cérémonie d’ouverture du premier festival Polynesia, ce mardi 13 septembre. Reportage.

Hawaii, Île de Pâques, Marquises, Mangareva, Nouvelle-Zélande… Chaque délégation défile, tour à tour, pour se placer autour du Paepae. C’est ici que se déroule la cérémonie d’ouverture du festival Polynesia. Dans la tribune, le public et les officiels sont installés. Au premier rang, on retrouve le Maire de Papeete, Michel Buillard, le Président du Pays, Edouard Fritch, le Ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ainsi que Patrick Howell, Ministre de la Santé, Nicole Sanquer, Ministre de l’Education, et d’autres encore. Les membres du Gouvernement sont venus en force pour assister à cette cérémonie d’ouverture.

 

« Nous sommes un même peuple »

ouverture-3-credit-sf

©SF

« La grande famille est réunie », lance Michel Buillard, le premier à prendre la parole à la tribune sur le Paepae, où sont installées les différentes délégations. Edouard Fritch est le deuxième à prendre la parole. « Kaoha ! Ia ora na ! Aloha !… ». Le président fait le tour des délégations, en les saluant dans leur langue. « Malgré internet et la modernité, nous avons perdu contact, nous avons perdu nos repère dans un monde uniforme », déclare le Président après avoir d’abord fait un discours en reo tahiti. Le Président rappelle à l’assemblée les voyages de nos ancêtres, ce renouveau culturel de la Polynésie depuis une quarantaine d’années avec Hokulea, cet échange rétablis et cette culture reconquise. « Depuis, nous vivons dans cette dynamique de revalorisation de notre héritage culturel. L’histoire fait que nous sommes Français, Anglais, Américains ou Espagnols, mais nous sommes un même peuple. Nous partageons la même culture, les mêmes valeurs. » Edouard Fritch rappelle également que le thème de ce premier festival du triangle polynésien est la transmission. « Nous devons donner un socle solide à nos enfants, qu’ils soient fiers de nos racines polynésiennes ». Invité à son tour sur le Paepae, le Ministre de la Culture enchaine avec un discours d’accueil en reo tahiti. L’homme de culture, à l’origine de ce festival, s’est adressé à chaque délégation en lui souhaitant la bienvenue, des feuilles de auti à la main. Un discours plein d’émotion.

 

« Nous devons nous battre pour notre héritage »

ouverture-7-credit-sf

©SF

Invitée à répondre à cet accueil, les trois délégations ont tour à tour lancé un chant ou une danse devant un public réactif. Kumu Micah Kamohoalii, responsable de la délégation hawaiienne, prend la parole pour présenter ses artistes. L’homme, descendant d’une grande famille hawaiienne, rappelle ensuite que les Hawaiiens et les Polynésiens sont le peuple d’une terre, sans laquelle ils ne seraient rien. « Il ne faut pas perdre notre culture. Nous devons faire attention et perpétuer ce que nous sommes. Nous devons nous battre pour notre héritage, nos traditions, nos croyances ». Avant de laisser la parole aux Pascuans, les Hawaiiens offrent un beau chant au public, et un superbe tapa au Ministre de la Culture, ému par ce cadeau. A l’instar de Hawaii et de la Nouvelle-Zélande, le chef de la délégation de l’Île de Pâques introduit ses artistes dans leur langue. Les garçons, vêtus de costumes mettant en valeur leur physique, pour le plus grand bonheur des spectatrices, lancent un haka vibrant. La Nouvelle-Zélande termine cette cérémonie avec un chant maori, et un cadeau au Ministre de la Culture. Le public est enchanté, voire subjugué, par cette première démonstration des Polynésiens du triangle. Un bel aperçu de ce qui les attend durant cinq jours. Le festival est désormais ouvert !

 

Suliane Favennec