Atelier sound design  – A la découverte d’un univers sonore

Sound design, ça vous parle ? Pas toujours facile pour les néophytes de comprendre toutes les subtilités de cet univers. Heimana Flohr qui anime l’atelier sound design au 14e Fifo, tente d’éclairer le public. Pas besoin d’être spécialement averti pour comprendre le concept, une fois le jargon technique mis de côté. En réalité, il s’agit d’un habillage sonore, qui consiste à habiller une vidéo avec des sons.

Mercredi 8 février, Heimana a accueilli près d’une dizaine de participants pour leur dévoiler les secrets de son univers sonore. “Mon atelier s’adapte à n’importe quel profil, n’importe quel niveau. Ceux qui travaillent dans la musique connaissent déjà les effets sonores, mais pour les autres, ce n’est pas un souci. Le but de cet atelier c’est vraiment de comprendre ce qui se passe quand on habille une vidéo avec du son”, souligne l’ingénieur  son.

Pour appréhender ce monde, Heimana a dans un premier temps expliqué au public, les différents sons que l’on retrouve dans une vidéo : son d’ambiance (son naturel), les folleys (les sons que l’on créé), les effets spéciaux (FX), les voix et la musique.

Cette étape balayée, place au décorticage d’une scène vidéo. Et rien de mieux pour captiver son public que de travailler sur la bande annonce de Vaiana ! Chacun son tour, les participants ont dû reconnaître les sons d’ambiances comme la mer, les folleys comme les battements d’aigle de Maui ou encore les effets spéciaux tels que les grondements de tonnerre.

 

Heimana a donné à voir mais surtout à entendre. “Ce qui est important, c’est de sensibiliser à la façon d’entendre et d’écouter un film. Quand on regarde un film, on ne fait pas forcément attention à tous ces détails. En fait, il existe plusieurs petits sons qui vont créer cet univers sonore”.

 

Pour mieux comprendre ce monde, rien de mieux de s’y immerger. Casques vissées sur les oreilles, les participants ont utilisé un logiciel spécial dédié au sound design “Pro tools” pour tenter de recréer la bande annonce sonore du dessin animé Vaiana. Plus de sons, rien que des images.

Les participants sont allés piochés dans une bibliothèque pour essayer de coller au mieux à la version originale. “Je leur ai facilité la tâche, j’ai créé une bibliothèque pour chacun où j’ai préparé tous les sons nécessaires pour exécuter cet exercice, mais avec de petits pièges”, s’amuse Heimana. Et de poursuivre : “C’est aussi un moyen pour eux de se laisser aller. Pas forcément de vouloir copier l’original mais de laisser libre court à leur créativité. C’est cela qui est beau.”

 

Heimana n’hésite pas à rappeler l’importance de la cohérence entre l’image et le son. “Si par exemple on a une Jeep à l’écran, on ne va pas mettre le son d’une Choupette qui  roule. Ca ne colle pas et il faut bien que les participants gardent cela à l’esprit. On a l’impression que cela coule de source et pourtant certains font encore ces erreurs. Ce sont des détails qui font que ta vidéo va paraître plus réaliste. Plus on a de détails sonores, des piétons qui passent, le bruit d’une voiture, le vent… plus cela devient réaliste”, précise l’ingénieur son.

Un travail de précision et de fourmi qui demande du temps et de la rigueur. A l’issue des quatre heures d’atelier, les participants en sont ressortis plus riche. Patrick, un festivalier explique : “pour moi cela a été très instructif. J’ai découvert de nouveaux outils. C’est très enrichissant au niveau personnel car j’ai fait de la musique par le passé et je pourrai peut être m’y remettre. Là c’était lié à l’image mais cela peut également me servir pour faire de la composition”.

 

Pour Mereani cet atelier est « tout bénef’ ». “Je travaille pour un website et on aimerait se diversifier. On s’est dit pourquoi pas de l’audiovisuel. Du coup, je me suis dit pourquoi ne pas faire cet atelier ? J’ai beaucoup aimé. J’ai appris beaucoup de choses. L’habillage sonore, on n’y pense pas forcément quand on regarde un film. Là, je serai plus attentive”, sourit la jeune femme.

 

Une chose est sûre, tous les participants à l’atelier ne verront plus un film de la manière !

 

Fifo – Poehere Hunter