Colloque – A la découverte du paysage audiovisuel de Fidji

14colloqueFlorence SWAMY présente le paysage audiovisuel de Fidji.

 

  • – Une Commission Audiovisuelle a été créée pour fournir un service tout en un pour les productions, que ce soit dans des films grand format, des programmes TV ou autres. Création également d’une sous division à cette Commission due à une problématique de financement (promotion du tourisme, augmentation des affaires, développement d’infrastructures et surtout révélation des jeunes talents …)
  • – Un fort développement promotionnel : site web, distribution de news letters (5000 adhérents), participations à différents évènements étrangers et sponsoring, aides pour les jeunes sur des productions locales.
  • – De gros avantages fiscaux sur les productions audiovisuelles, par exemple, 47 % d’exonération pour les films documentaires ou courts métrages – réduction de 150 % pour les investisseurs locaux sous conditions.
  • – Un festival : Kula Film Awards créé en 2006 avec en parallèle un concours de danse (fusion de la danse et de la musique)

La situation à Fidji est toujours tendue en terme de liberté de la presse.

Denis DECRAENE, ambassade de France a Fiji, signale une coopération entre 4 pays du Pacifique (Papouasie, Nouvelle Guinée, Tonga, Wallis et Nouvelle Calédonie) afin de faciliter les échanges entre ces pays (intégration régionale, promotion de la francophonie, promotion des cultures locales).

Quelques instruments financiers à l’appui de ces projets : un budget par l’Etat Français (pour les initiatives locales) et un financement par le biais du fonds Pacifique (plus axé sur les projets audiovisuels).

Shauna PITT des Iles Cook fait part de son amertume concernant l’indélicatesse d’équipes étrangères qui viennent, sans la prévenir, pour des tournages, alors qu’elle préfèrerait pouvoir faire profiter ses équipes de leur expérience et savoir-faire. Florence SWAMY informe des mesures prises par son gouvernement qui refuse toutes les équipes étrangères pour des tournages d’extérieurs sans autorisation.

Il faut encadrer la venue d’équipes extérieuresaui viennent prendre les images / la culture / les histoires des îles. Il faut créer des propres productions et partager les programmes au Pacifique.

Il serait intéressant de créer une banque d’échanges de contenu entre tous. Une décision dans ce sens est à prendre. Proposition d’amener des ‘pitch’ des programmes au FIFO 2013, qu’on puisse voir ou on est en terme de qualité et contenu des productions.

Ken CLARK souligne que la « Commonwealth Broadcasting Association » avait déjà mis en place un système d’échange. Cette initiative peut peut-être servir de modèle ?